Et Jack, dans tout ça...?


Jusqu'en 2001 les choses étaient claires : sur la base du principe de neutralité de l'école, la publicité commerciale était INTERDITE à l'intérieur de celle-ci.

En effet, la circulaire, du 19 novembre 1936, stipulait qu'en aucun cas et en aucune manière, les maîtres et les élèves ne d[evaient] servir directement ou indirectement à aucune publicité commerciale.

Cette conviction a d'ailleurs été réaffirmée, par des textes officiels du Ministère de l’Éducation nationale, dans les circulaires du 16 avril 1952, du 17 décembre 1956, du 8 novembre 1963 et du 3 juillet 1967.

Sans doute quelques entorses avaient lieu ici ou là, comme en témoignent la parution de notes de service, la n° 95-102, du 27 avril 1995, relative aux conditions de participation du Ministère de l'Éducation nationale à des concours scolaires et à des opérations diverses, et la n° 99-119, du 9 août 1999, relative aux opérations, concours et journées en milieu scolaire.

Seulement, en 2001, le flou s'insinue... Jack Lang, ministre de l'Éducation nationale de l'époque, rédige alors une circulaire, celle du 28 mars 2001 apparaissant dans le B.O.E.N. n°14 du 5 avril 2001, qui sème le trouble.
Ce texte s'intitule : « code de bonne conduite des interventions des entreprises en milieu scolaire ».

http://www.education.gouv.fr/botexte/bo010405/MENG0100585C.htm

Si la publicité est toujours officiellement proscrite des écoles, une porte s'est entre-ouverte... Sous couvert de « règlementer », de « réguler » les relations, souvent abusives, qui existent entre les entreprises privées et le milieu scolaire, il instaure le principe de « neutralité commerciale »... ainsi, se voit officialisée la possibilité de partenariats, dès lors qu'il existe un contenu pédagogique. Contenu en outre validé par la pédagothèque de l'Institut national de la consommation.
Cependant, l'on observe que cette idée de neutralité commerciale, laisse finalement libre cours à l'apparition de logos (« discrets ») à l'effigie des entreprises sur les kits pédagogiques proposés, de « cadeaux » contenus dans ces kits, à destination de chaque élève, d'affiches dites de « prévention » sur les murs des cantines et des cafétérias... Bref, autant d'abus qui prouvent que la publicité commerciale s'est bien insinuée au sein-même de l’École !



Publié le 30/07/2013, rédigé par Frédéric, dans la rubrique Que dit la loi ?


Écrire un commentaire

Quelle est la quatrième lettre du mot okmvvc ? :